Accueil > Marques et modèles > Lexus > LFA - Développement

LEXUS

LFA

Introduction - Développement - Essais Nürburgring - Motomachi - Production - Nürburgring Edition

Histoire de l'automobile au Japon

Marques et modèles

 

 

Dernières mise à jour :

Toyota Corona
lignes ferroviaires
Toyota Publica
Mazda Chantez
Yamaha Sports Ride
Histoire de Yamaha
Simpson Design
Tojiro Ukiya
Ohno Car Craft

En travaux :

Mazda MX-5
Histoire de Toyota
Histoire de Nissan
Histoire de Mazda

 

Introduction

Un groupe d’ingénieurs dirigé par Haruhiko Tanahashi se met à l’œuvre, le projet prend le nom de code 680. Un premier prototype est construit en novembre 2000 déjà.

La structure en aluminium est assemblée à la main. L'architecture est clairement définie, le moteur est à l'avant en position centrale et il entraine les roues arrière. L'habitacle est conçu pour deux occupants. Les essais en soufflerie sont nombreux et sont entrepris dès le début de l’étude. Premièrement avec une maquette à l'échelle 1/5.

Lexus avait pensé à un moteur V6, voir V8 pour la LFA. En 2002 il est finalement décidé qu'un V10 d'environ 5 litres donnera la puissance nécessaire voulue de 500 ch. Ce moteur est spécialement développé pour la LFA par Yamaha. Il est dérivé de celui utilisé sur la Formule 1 de Toyota. A ce bloc en aluminium est associée une transmission robotisée à 6 rapports. Fin 2002 le premier moteur est démarré sur le banc d’essai.

Un soin particulier est apporté à l’esthétique de chaque élément composant la voiture. Tout doit être beau dans la LFA. Le propriétaire doit pouvoir être fier de chaque détail de l’auto. Des maquettes du compartiment moteur sont réalisées afin de déterminer les formes et les couleurs pour obtenir une notion de beauté fonctionnelle.

Un prototype roulant est testé dans le centre d'essai de Shibetsu en 2003.

Salon de Détroit 2005, un concept car LF-A est présenté au monde. Le design est dans la lignée L-Finesse des autres prototypes de l’époque. Une commercialisation future est annoncée sans donner de date.

Tanahashi et son équipe se trouvent devant un dilemme de choix. La voiture est trop lourde pour atteindre les performances souhaitées. La seule solution serait d'employer la fibre de carbone mais cela ferait exploser le budget. De plus ils faudrait repenser la structure en fonction de ce nouveau matériau depuis le début, ce qui représente plusieurs années de développement perdues.

Pratiquement impossible, et pourtant la direction donne son feu vert, non seulement pour l'utilisation du carbone, mais en plus pour l'acquisition de l'équipement nécessaire à la fabrication des pièces en carbone. C’est un investissement considérable, Toyota ou Lexus n'ont jamais fabriqué eux-mêmes une pièce en carbone, il faut tout apprendre, et dans un temps record. A partir de ce moment, il devient clair que le projet 680 ne sera pas une affaire rentable et que la future LFA est une voiture de rêve.

Nous sommes en 2005 et la LFA est prévue pour 2009. Toyota est en plein dans son épopée Formule 1, peut-être y voit-elle une possibilité de construire une partie de ses monoplaces dans le future. Même si Toyota prévoit d'utiliser la technologie acquise pour de futurs projets, la mise en œuvre de la fabrication de la LFA devient une entreprise très spéciale dont le budget n'a plus de limite.

Une nouvelle maquette à l’échelle 1/4 est exécutée pour tester l’aérodynamique du châssis en soufflerie. On peut voir sur ces images non datées que la forme plate et lisse se terminant par un diffuseur à l'arrière est bien inspirée de la compétition.

Un nouveau prototype LF-A II est dévoilé à Détroit, en janvier 2007. La ligne a bien évolué suite aux tests en soufflerie au Japon et aux essais sur circuit en Allemagne. L'année suivante, au même salon, une LF-A Roadster laisse présager une version ouverte de l’auto. Elle restera (presque) sans suite.

Nissan a commencé à distribuer sa GT-R et Honda parle de la future NSX, il est temps pour Toyota-Lexus d’avancer le projet. Le retard conséquent à l'adoption du châssis en carbone laisse planer des doutes quand à la commercialisation du modèle. Des prototypes sont régulièrement photographiés sur le circuit du Nürburgring sans que des informations claires soient divulguées. En août 2009, le directeur de Toyota, Akio Toyoda, annonce officiellement la future mise en production de la LFA pour 2011. A noter que le nom de la voiture est maintenant LFA, sans trait d'union.

En avril 2009, au salon du design de Milan, une LFA réalisée en acrylique est exposée. Elle est l'oeuvre de l’artiste et architecte japonais Sou Fujimoto. Tous les détails y sont, du moteur au tableau de bord. Elle est également exposée au salon de Tokyo, en octobre 2009.

La version de production (final concept) est présentée au salon de Tokyo, en octobre 2009. Les lignes ont encore changé, notemment la forme des ouïes et des phares. La version définitive du moteur semble avoir été décidée, c'est un V10 de 4,8 litres développant 560 ch à 9000 t/min. Le 0-60 mph est abbatu en 3,7 secondes.

 

premier prototype 2000

Maquette en soufflerie, 2000

moteur, 2002

Maquette moteur, 2002

Prototype roulant, 2003

Lexus LF-A 2005

Maquette du châssis pour tests aérodynamiques

Lexus LF-A II 2007

Lexus LF Roadster 2008

Sculpture de Sou Fujimoto, Milan 2009

Salon de Tokyo 2009

Prototype roulant 2003.

Sculpture de Sou Fujimoto 2009.

Lexus LFA en octobre 2009.

Introduction - Développement - Essais Nürburgring - Motomachi - Production - Nürburgring Edition

Page d'accueil - Contact