Accueil > Marques et modèles > Toyota > Publica

TOYOTA

Publica

 

Histoire de l'automobile au Japon

Marques et modèles

 

 

Dernières mise à jour :

Toyota Corona
lignes ferroviaires
Toyota Publica
Mazda Chantez
Yamaha Sports Ride
Histoire de Yamaha
Simpson Design
Tojiro Ukiya
Ohno Car Craft

En travaux :

Mazda MX-5
Histoire de Toyota
Histoire de Nissan
Histoire de Mazda

 

Développement

Avec le développement de l’industrie automobile au Japon dans le milieu des années 50, le département automobile du ministère du commerce international et de l’industrie lance le projet d’une voiture du people (« People’s Car Concept »). Enoncé en mai 1955, ce projet est un appel aux constructeurs japonais pour concevoir une automobile compacte utilisant des technologies et des ressources indigènes. Elle doit pouvoir transporter quatre passagers à une vitesse maximum d’au moins 100 km/h avec un moteur de la catégorie 350-500 cm3 ayant une consommation de 30 km par litre et coutant moins de 250 000 yens. Il sera choisi un modèle parmi les prototypes présentés qui sera produit en masse avec l’aide de fonds du gouvernement.

Les acteurs de l’industrie automobiles ont exprimés divers idées et opinions à propos de ce projet. En septembre 1955 le principal sujet de discorde est le prix de vente de 250 000 yens qu’il est impossible à réaliser.

Eiji Toyoda a déjà un plan de nouvelle voiture démarré depuis le mois de mai. Le projet 1A de petite automobile et son moteur 4E. Tatsuo Hasegawa en est le responsable de projet. Tatsuo sera aussi responsable de la Sports 800, de la première Corolla et encore des Celica et Carina. Un prototype 1A est réalisé en août 1956. il est présenté à la presse et aux patrons de compagnies de taxi en septembre de la même année.

La petite auto à deux portes est équipée d’un bloc moteur-embrayage-transmission ressemblant à celui d’une Citroën 2CV qui entraine les roues avant. Le moteur 4E à refroidissement à air se compose de deux cylindres horizontaux de 698 cm3.

Un deuxième prototype 11A est réalisé en juillet 1958 mais les performances ne sont toujours pas satisfaisantes et la solution du tout à l’avant est abandonnée en mai 1959.

Nommé maintenant 68A, un troisième prototype roule en avril 1960. Son moteur Type U entraine les roues arrière. La désignation interne du modèle est UP10.

La carrosserie n'a que deux portes mais les variations vont être multiples. Station Wagon, Convertible, Coupé et Pickup vont voir le jour.

 

Prototype 1A 1956

moteur Type 4E 1956

maquette du prototype 68A 1960

moteur Type U 1960

 

UP10 (1961-1966)

Lors de sa présentation au salon de Tokyo en octobre 1960, un appel public est lancé pour lui donner un nom. L’auto est commercialisée en juin 1961 sous le nom de Publica et au prix de 389 000 yens. C'est le plus petit modèle de la marque Toyota.

Les ventes démarrent assez bien. Une deuxième chaîne de montage est nécessaire pour répondre à la demande. Au plus fort de la production, il est fabriqué plus de 3000 unités en décembre 1963.

Le moteur Type U, qui dérive du 4E, est donc un bicylindre boxer avec soupapes en tête. La transmission aux roues arrière passe par une boîte de vitesse manuelle à 4 rapports, ou automatique à 2 vitesses. La cylindrée est de 697 cm3. Si au début la puissance est de 28 ch, elle passe rapidement à 32 ch.

Une version Station Wagon est lancée en 1962. L'année suivante, pour satisfaire la demande du public, une version DeLuxe (UP10D) est commercialisée en parallèle à l’originale qui devient Standard. Le chauffage, une radio et d'autres équipements sont montés de série. Les phares avant gagnent des entourages chromés. Un prototype Publica Sports présage la Sports 800 lancée en 1964. Encore en 1963, une Convertible apparaît en même temps que la Daihatsu Comgagno Sport. Un Coupe Utility (pickup) arrive en 1964.

 

Toyota Publica UP10 1961

Toyota Publica UP10 Convertible 1963

moteur Type U 1961

Catalogues

Toyota Publica UP10 1961 conservée au Musée Toyota

 

UP20 (1966-1969)

En 1966 la Publica adopte le moteur 2U. Avec une cylindrée augmentée à 790 cm3 la puissance passe à 36 ch. Des versions améliorées développent 40 et 49 ch. Ce dernier est monté de deux carburateurs (2U-B) et équipe la Convertible, la Sports 800 et en 1968 une Publica Super.

Un petit utilitaire, le Toyota MiniAce fait son apparition. Il utilise la plateforme de la Publica.

La Convertible est fabriquée par Central Motors, une filiale du groupe Toyota. Dès 1968 la Station Wagon est produite chez Hino, qui a été récemment absorbé par le groupe.

En 8 ans d’existance la Publica (UP10 et UP20) a été vendue à 268 830 exemplaires.

 

Toyota Publica UP20 1966

Toyota Publica UP20 Convertible 1968

 

P30 / P40 / P50 (1969-1978)

Une toute nouvelle Publica est introduite en avril 1969. C'est une Corolla raccourcie de conception plus moderne que les anciens modèles. Le moteur 2U est conservé pour l’entrée de gamme au Japon (UP30) mais sera abandonné en 1972.

Un nouveau moteur 4 cylindres à refroidissement liquide est monté dans les autres versions (KP30). Deux cylindrées sont disponibles: 1077 cm3 (K) et 993 cm3 (2K). Le premier est le plus puissant, dans sa version montée de deux carburateurs (K-B) il développe 73 ch. Il équipe la Publica SL (KP30-S) ainsi que la Corolla SL. Ça permet à la voiture d'atteindre 155 km/h. Le deuxième développe 58 ch, ce qui représente déjà une bonne amélioration des performances par rapport aux moteur de série U.

La Publica motorisée par le 1 litre est communément appelée Toyota 1000 sur les marchés internationaux.

Toyota passe un accord avec Daihatsu qui se met à fabriquer des Publica en parallèle à son nouveau modèle Consorte. Cette dernière, qui succède à la Compagno, est une Publica recarrossée et motorisée par Daihatsu.

D'un autre côté, la plupart des utilitaires basés sur la Publica sont construits chez Hino.

En 1970 une nouvelle itération du moteur est disponible pour la Publica High DeLuxe. Le 1166 cm3 (3K) nécessite de mettre des freins à disque sur les roues avant. La calandre de ce millésime est modifiée. Un restyling des faces avant et arrière est effectué en 1972.

1973 voit l’introduction de la Toyota Publica Starlet (KP40), une version coupé de la précédente. Elle continue d’être appelée Toyota 1000 à l’étranger bien que dans quelques pays comme la Suisse elle adopte le nom de Toyota Copain.

En 1978, le nom de Publica disparaît et la voiture est vendue comme la Toyota Starlet.

 

Toyota Publica P30 1969

Toyota Publica SL 1970

Toyota Publica ST 1972

Toyota Copain (CH) 1973

Toyota Publica 1969

Toyota Publica 1970-1971

 

Toyota Publica 1972-1978

 
 

Page d'accueil - Contact