Accueil > Marques et modèles > Mazda > Moteur rotatif - Années 90

MAZDA

Moteur rotatif

Felix Wankel - Kenichi Yamamoto - Années 60 - 70 - 80 - 90 - 2000

Histoire de l'automobile au Japon

Marques et modèles

 

 

Dernières mise à jour :

Kawasaki
Kawasaki Rokkogo
Yamashima
Kyosan
Datsun 10-17
Daihatsu Charade
Daihatsu tricycles
Daihatsu Midget
New Era
Kurogane
Kurogane tricycles
Kurogane Type95
Kurogane Mighty
Kurogane Nova
Kurogane Baby
Yanmar
Ohta
Nakano Motor
Datsun Baby
Cony
Cony Giant
Cony Giant 360
Cony Guppy
Cony 360
Mitsui Seiki Kogyo
Hino Commerce
Hino Briska
Mazda moteur rotatif (7 p.)
Mazda HR-X
Mazda MX-04
Mazda RX-7 SP / SP II
Mazda RX-7 en compétition
Mazda RX-7 (5 pages)
Mazda Coupe Vision
Mazda MX-03
Mazda RX-Evolv
Bertone MX-81 Aria
Kojima
MIM Design
Eva Cars
Mana
Maki Engineering
Suzusho
Garage Suzuki
Boomerang
Hope Star (4 pages)

En travaux :

Mazda MX-5
Histoire de Toyota
Histoire de Nissan
Histoire de Mazda

Années 90

L'Eunos Cosmo est présentée en tant que prototype au salon de Tokyo de 1989 et la production débute en mars de l'année suivante. Ce grand coupé est réservé au marché japonais et est proposé avec deux moteurs à choix: un 13B monté d'un double turbo de 230 ch [JIS] à 6500 t/min et 294 Nm [JIS] à 3500 t/min ou un nouveau 20B-REW à 3 pistons rotatifs de 280 ch propulsant la voiture à 250 km/h. La puissance et le comfort de ce moteur sont comparable à un V12.

La 929 est remplacée par la Sentia en juin 1991, cette dernière n'est pas prévue pour utiliser un moteur rotatif. La nouvelle Mazda RX-7 FD est lancée en fin d'année.

Mazda Eunos Cosmo 1990-1995

Mazda RX-7 FD 1991

 

Ce Concept ludique est présenté en 1990. L'E-go est une biplace en tandem équipé d'un moteur rotatif de 170 ch en position centrale. L'auto ne pèse que 550 kg.

Mazda E-go 1990

En 1990 une Mazda MX-6 équipée d’un moteur 20B trirotor remporte le Championnat IMSA GTU.

C’est en 1991 qui vient la récompense des efforts entrepris deuis 9 ans dans la compétition automobile en endurance. La Mazda 787B remporte la victoire absolue aux 24 Heures du Mans. Seule et unique victoire pour une marque japonaise et pour un moteur à piston rotatif.

Mazda 787B 1991

Mazda fait encore une tentative en GTP avec la RX-792P en 1992, puis se retire des courses d’endurance.

Mazda RX-792P 1992

 

Mazda s’intéresse au moteur à hydrogène. Ses premiers essais se déroulent sur un moteur à piston conventionnel. Il apparaît des problèmes d’autoallumage. Le mélange à base d’hydrogène s’enflamme plus rapidement qu’un mélange à base d’essence. Lorsque le mélange arrive dans le cylindre et se trouve en contact avec la paroi déjà chaude, il a tendance à s’embraser tout seul. Une solution consiste à injecter de l’eau dans la chambre de combustion, mais cela nécessite un dispositif compliqué et la mise en place d'un grand réservoir d'eau.

Il se trouve que le moteur Wankel est particulièrement bien adapté pour fonctionner à l’hydrogène. Le mélange se déplace circulairement durant le cycle de combustion, il n’est pas en contact avec la paroi chaude autour de la bougie durant les temps d’admission et d’échappement. De plus dans un moteur à piston rotatif, le rapport entre la surface et le volume de la chambre de combustion est beaucoup plus élevé, favorisant un refroidissement de la flamme, ralentissant la combustion extrêmement rapide de l'hydrogène. Ainsi, le Wankel à hydrogène peut être utilisé même avec un mélange hydrogène/air plus pauvre que le rapport stœchiométrique de 34,3: 1

Plusieurs moteurs fonctionnant à l’hydrogène sont fabriqués et testés par Mazda. Le H-RE13B est longuement essayé dans divers voitures (RX-7, MX-5). Basé sur le moteur 13B, il a deux rotors avec des entrées d'hydrogène périphériques et une prise d'air séparée latérale. L'orifice d'hydrogène est ouvert et fermé par une soupape commandée par arbre à cames. Ses performances sont comparable avec le moteur 4 cylindres en ligne de 1,6 l. de cylindrée de la MX-5.

Le problème principal de l’utilisation de moteurs à hydrogène reste le stockage de ce dernier dans le véhicule. Dans la MX-5 ci-contre, on peut voir les réservoirs fabriqués par Mazda occupant l’espace du coffre, ils sont composés d’hydrure métallique permettant de garder l’hydrogène à l’état solide. Même si la pression interne est proche de celle d’injection, il faut un régulateur de pression relié à une unité de commande pour égaliser et stabiliser la pression d'injection. 

Moteur type H-RE13B (~1990)

Birotor, cylindrée 2x654 cm3
puissance 120 ch
couple 143 Nm
moteur à hydrogène

Mazda MX-5 à moteur à hydrogène

 

Le première application de ce moteur à hydrogène arrive en 1991 sur ce Concept de petite citadine propre. Ici le moteur Mazda H-RE10X fonctionne à l'hydrogène et il est couplé au système ATCS vu sur le RE13X.

Mazda HR-X 1991

 

On le sait aujourd’hui, les deux prototypes RX-01 (1995) et RX-Evolv (1999) montrent la voie de la future RX-8. Le moteur 13B-MSP-RE du premier devient Renesis dans le second.

Mazda RX-01 1995 et RX-Evolv 1999

Felix Wankel - Kenichi Yamamoto - Années 60 - 70 - 80 - 90 - 2000

Page d'accueil - Contact