Accueil > Marques et modèles > Mazda > Moteur rotatif - Années 70

MAZDA

Moteur rotatif

Felix Wankel - Kenichi Yamamoto - Années 60 - 70 - 80 - 90 - 2000

Histoire de l'automobile au Japon

Marques et modèles

 

 

Dernières mise à jour :

Kawasaki
Kawasaki Rokkogo
Yamashima
Kyosan
Datsun 10-17
Daihatsu Charade
Daihatsu tricycles
Daihatsu Midget
New Era
Kurogane
Kurogane tricycles
Kurogane Type95
Kurogane Mighty
Kurogane Nova
Kurogane Baby
Yanmar
Ohta
Nakano Motor
Datsun Baby
Cony
Cony Giant
Cony Giant 360
Cony Guppy
Cony 360
Mitsui Seiki Kogyo
Hino Commerce
Hino Briska
Mazda moteur rotatif (7 p.)
Mazda HR-X
Mazda MX-04
Mazda RX-7 SP / SP II
Mazda RX-7 en compétition
Mazda RX-7 (5 pages)
Mazda Coupe Vision
Mazda MX-03
Mazda RX-Evolv
Bertone MX-81 Aria
Kojima
MIM Design
Eva Cars
Mana
Maki Engineering
Suzusho
Garage Suzuki
Boomerang
Hope Star (4 pages)

En travaux :

Mazda MX-5
Histoire de Toyota
Histoire de Nissan
Histoire de Mazda

Années 70

L'élégante Luce Rotary Coupe (R130) carrossée par Bertone arrive en 1970. Un nouveau moteur a été spécialement conçu pour elle, c'est le type 13A qui entraine les roues avant.

Une équipe belge se présente aux 24H du Mans 1970 avec une Chevron équipée d'un moteur rotatif Mazda 10A. L'aventure s'arrête après quatre heures de course seulement, moteur cassé. Ils étaient pourtant arrivés 15e aux 1000 km de Spa et 10e aux 1000 km du Nürburgring quelques mois plus tôt avec cette même voiture.

Au début des années 70, Mazda prépare le successeur de la Carol. Elle entre dans la catégorie des Kei-cars qui limite la cylindrée du moteur à 360 cm3. Un monorotor basé sur le L10A mais de plus petite taille est fabriqué. Le 3A développe 35 ch pour 357 cm3 de cylindrée. Comparé au 4 cylindres de la Carol et ses 18 ch, l’avantage est considérable. Apprenant cela, les concurrents tels que Suzuki, Mitsubishi et Daihatsu se sont ligués contre Mazda pour l’en empêcher, prétextant que c’était déloyal de mettre un moteur rotatif dans une Kei-car. Mazda cède et mettra un bicylindres dans la Chantez de 1972.

Une autre curiosité est le moteur 2002 composé de deux 10A accouplés réalisé en 1971. C’est donc un quadrirotor de 180 ch qui aurait pu propulser une berline de grande taille mais le projet n’ira pas plus loin.

Puis débute la série des RX. La RX-2 est une Capella/616. La RX-3 est une Grand Familia/808 qui remplace la R100. La RX-4 est une Luce/929 qui remplace la Luce Rotary R130. Elles sont toutes équipées du moteur 12A. Plus tard, la RX-5 ( Cosmo AP) viendra avec le moteur 13B.

La RX-3 est un grand succès et elle contribue grandement à l'essort du moteur Wankel pour Mazda. Durant l'année 1972, un tiers des moteurs vendus par Mazda sont des rotatifs. L'année suivante, plus de 100 000 moteurs à piston rotatif sont fabriqués. Fier de ce succès, Mazda déclare que le moteur rotatif est l'avenir et qu'il remplacera tous les autres moteurs à piston conventionnel.

Le Rotary Pickup est un véhicule utilitaire et à été développé pour répondre à la demande du marché nord-américain. Il n'a été commercialisé qu'aux Etats-Unis.

Mazda participe aux 24 Heures du Mans en 1973 et 1974 avec des barquette Sigma équipée du moteur rotatif 12A. Sigma Automotive, qui deviendra SARD en 1985, est le premier team japonais à participer à la fameuse course. Malheureusement les voitures n'arrivent pas à l'arivée.

La crise pétrolière de 1973 est un coup de massue pour ces moteurs gourmands. Avec une consommation moyenne (voir minimum) de 14 l/100km, le 12A devient nettement moins attrayant que les 4 cylindres en ligne. Mais vu ses performances, il continue de briller sur les circuits.

Avec la flambée du prix du baril et les nouvelles normes anti-pollution très strictes qui s’annoncent, spécialement aux USA, Mazda doit trouver une parade pour sauver le moteur rotatif. Le problème principal de ce moteur est la mauvaise  combustion du mélange dont une partie passe tout droit dans l’échappement.

Du fait de la conception même du moteur à piston rotatif qui dispose de chambres de combustion allongées et plates, la combustion est plus difficile et moins homogène que dans un moteur à pistons conventionnels. Il se trouve alors qu'une partie du mélange air/essence ne soit pas brûlée et se retrouve dans les gaz d'échappement. L’ajout d’une deuxième bougie par cylindre améliore la combustion mais ça ne suffit plus, il faut trouver autre chose.

Le tour de passe-passe trouvé par les ingénieurs de Mazda s’appelle le "réacteur thermique". Puisqu’on ne peut guère améliorer la combustion du mélange, on fait passer les gaz qui sortent du moteur dans une sorte de brûleur qui va finir la combustion. Une pompe amène de l'air frais dans le réacteur et tout est brûlé. Ca fait bricolage mais ça marche, ce qui sort du tuyau d’échappement est nettement moins polluant, par contre c’est extrêmement chaud. On installe un échangeur de chaleur sous la voiture entre le réacteur et les silencieux qui va refroidir sensiblement les gaz expulsés. Il est noté dans le manuel de l'utilisateur que, par sécurité, il ne faut pas se garer sur une surface inflammable, comme de l'herbe sèche, après avoir roulé, pour éviter de déclencher un incendie.

Ce réacteur thermique a été installé sur les Mazda Rotary vendues aux USA dès 1970, sur les moteurs 12A et 13B. Le "Clean Air Act" devenant toujours plus exigeant, Mazda remplacera le réacteur thermique par un catalyseur en 1981.

Le nouveau moteur 13B montre une nette amélioration du point de vue de la consommation et de l'émission de gaz mais avec des performances réduites. Monté dans la RX-4 en 1975 puis dans la RX-5 deux ans plus tard, il ne parvient pas à concrétiser les souhaits de Mazda.

En 1977, il n'y a plus que 5,2 % des moteurs construits par Mazda qui sont des Rotary. Les conditions économiques obligent la marque à reconsidérer l'importance de ce moteur.

Le Parkway est un bus de 26 places mu par un moteur 13B de 135 ch. Le silence et le comfort caractérise ce moyen de transport.

La RX-5 est présentée au salon de Francfort de 1975 et est remplacée en 1979 par la 121. Elle est disponible avec les mêmes motorisations que la RX-4, soit le 12A, soit le 13B.

Ces modèles n'ont pas été importés en Europe. La Roadpacer possède le châssis et la carrosserie de la Holden Premier australienne avec le moteur 13B.

La Luce Legato arrive en octobre 1977 et prend place au sommet de la gamme. Dotée de la même motorisation que la RX-5, elle est fabriquée en version berline ou hardtop (sans montant central) 4 portes. Elle est remplacée en 1979 par le modèle 929.

La Mazda RX-7 apparaît en 1978. Elle devient la voiture à moteur rotatif la plus vendue dans le monde. C'est d'ailleurs devenu l'unique voiture équipée de ce type de moteur, la NSU Ro80 ayant été retirée du marché.

Des versions turbocompressés arrivent dans les années 80.



Mazda Rotary 1975

Mazda Luce Rotary Coupe (R130) 1970

Mazda Chevron B16 1970

Mazda RX-500 1970

Moteur type 3A (1970)

Monorotor, cylindrée 357 cm3
puissance 35 ch
couple ?
prototype pour mazda Chantez


Moteur type 12A (1970-1986)

Birotor, cylindrée 2x573 cm3
puissance 120/130 ch [SAE] à 6500 t/min
couple 156/167 Nm [SAE] à 4000 t/min

Mazda RX-2 1970 et RX-3 1971

Moteur type 2002 (1971)

Quadrirotor, cylindrée 4x491 cm3
puissance 180 ch à 6000 t/min
Prototype composé de deux 10A accouplés

Mazda RX-4 1975 et RX-5 1977

Mazda Savanna RX-4 1972

Moteur type 13B (1973-1991)

Birotor, cylindrée 2x654 cm3
Injection d'essence électronique
puissance 135/160 ch [SAE] à 6000 t/min
couple 186 Nm [SAE] à 4000 t/min
Pour la Suisse 115 ch [SAE] à 6000 t/min et 165 Nm à 4000 t/min
Succède au moteur 12A

Réacteur thermique des moteurs 12A/13B

Schéma du moteur avec son réacteur thermique et l'échangeur de chaleur

Mazda Rotary Pickup 1973-1977

Mazda Sigma MC73 et MC 74

Mazda Parkway Rotary 26 1974-1976

Mazda Cosmo AP RX-5 1975-1981

Mazda Roadpacer 1975-1977 et Luce Legato 1977-1981

Mazda Savanna RX-7 1978

Felix Wankel - Kenichi Yamamoto - Années 60 - 70 - 80 - 90 - 2000

Page d'accueil - Contact