Accueil > Marques et modèles > Mazda > Moteur rotatif - Années 60

MAZDA

Moteur rotatif

Felix Wankel - Kenichi Yamamoto - Années 60 - 70 - 80 - 90 - 2000

Histoire de l'automobile au Japon

Marques et modèles

 

 

Dernières mise à jour :

Harriet White Fisher
Aloha Wanderwell
Kawasaki
Kawasaki Rokkogo
Yamashima
Kyosan
Datsun 10-17
Daihatsu Charade
Daihatsu tricycles
Daihatsu Midget
New Era
Kurogane
Kurogane tricycles
Kurogane Type95
Kurogane Mighty
Kurogane Nova
Kurogane Baby
Yanmar
Ohta
Nakano Motor
Datsun Baby
Cony
Cony Giant
Cony Giant 360
Cony Guppy
Cony 360
Mitsui Seiki Kogyo
Hino Commerce
Hino Briska
Mazda moteur rotatif (7 p.)
Mazda HR-X
Mazda MX-04
Mazda RX-7 SP / SP II
Mazda RX-7 en compétition
Mazda RX-7 (5 pages)
Mazda Coupe Vision
Mazda MX-03
Mazda RX-Evolv
Bertone MX-81 Aria
Kojima
MIM Design
Eva Cars
Mana
Maki Engineering
Suzusho
Garage Suzuki
Boomerang
Hope Star (4 pages)

En travaux :

Mazda MX-5
Histoire de Toyota
Histoire de Nissan
Histoire de Mazda

 

Années 60

C’est au salon de Tokyo de 1964 que  le prototype de la Mazda Cosmo Sport 110S est dévoilé. Il faut attendre encore 3 ans avant de voir sur le marché une auto fiabilisée. Son moteur est le 10A qui développe 110 ch.

Si Mazda prend tant de temps avant de mettre la Cosmo en production, c’est pour être certain de délivrer une voiture avec un moteur fiable, qui va propulser l’image de la marque plutôt que de prendre le risque de lancer un produit inachevé qui ruinera les espérances du fabricant.

C’est au milieu de l’année 1967 que la Cosmo est enfin disponible, peu de temps avant la NSU Ro 80, berline futuriste (dans un style allemand) dotée d’un moteur birotor de 2 x 497,5 cm3 développant 115 ch [DIN]. Cette dernière, minée par les défauts techniques, sera le chant du cygne pour la firme de Stuttgart. Après 10 ans et un peu plus de 37 000 exemplaires vendus, NSU est racheté par le groupe Volkswagen et fondu dans la marque Audi.

Entre temps, chez Mazda, de nouveaux joints apex sont développés par l’équipe de Yamamoto. Ils sont fabriqués à l’aide de carbone pyrographite et de frittage d’aluminium. Des moteurs équipés de tels joints ont tournés plus de 100 000 km sans qu’une usure prononcée ne soit constatable.

Il est certain que l’expérience NSU et de tous les autres fabricants qui ont abandonné le moteur à piston rotatif n’a pas aidé à convaincre la clientèle de la fiabilité de cette mécanique. Afin de persuader les plus sceptiques, quoi de mieux que de se frotter aux meilleures marques européennes dans une compétition réputée très éprouvante pour les autos ?

Mazda engage deux Cosmo 110S aux 84H du Nurburgring en août 1968. Cette course d'endurance est appelée le "Marathon de la route". C’est la première fois que Mazda participe à une compétition internationale. Un équipage japonais conduit la première auto alors que la deuxième est confiée à des pilotes occidentaux. La première abandonne à la 83e heure sur rupture d’un essieu, mais l'autre termine à une magnifique 4e place derrière deux Porsche et une Lancia. Le pari est gagné, La robustesse du moteur Wankel de Mazda n’a plus rien à envier aux autres.

Dès le début, Mazda essaie de tirer un maximum de puissance du moteur Wankel. Une barquette prototype R16A est fabriquée pour tester des moteurs à 3 et à 4 rotors. Elle est essayée sur le tout nouveau circuit de Miyoshi.

Rapidement Mazda propose le moteur rotatif en option sur tous les modèles de sa gamme. Les modèles Rotary sont les plus puissants de chaque série, ce qui en fait des sportives de choix. La Familia Rotary (R100) est la première en 1968.



Animation d'un moteur à 2 pistons rotatif

 

Mazda Cosmo Sport 110S 1967

Moteur type 10A (1967-1978)

Birotor, cylindrée 2x491 cm3
puissance 110/128 ch [SAE] à 7000 t/min
couple 130 Nm [SAE] à 3500 t/min
Premier moteur birotor de série au monde

Production du moteur 10A

Mazda R16A 1965

Mazda Cosmo 110S aux 84H du Nurburgring 1968

Mazda Familia Rotary (R100) 1968

Felix Wankel - Kenichi Yamamoto - Années 60 - 70 - 80 - 90 - 2000

Page d'accueil - Contact