Accueil > Marques et modèles > Mazda > Moteur rotatif - Années 80

MAZDA

Moteur rotatif

Felix Wankel - Kenichi Yamamoto - Années 60 - 70 - 80 - 90 - 2000

Histoire de l'automobile au Japon

Marques et modèles

 

 

Dernières mise à jour :

Harriet White Fisher
Aloha Wanderwell
Kawasaki
Kawasaki Rokkogo
Yamashima
Kyosan
Datsun 10-17
Daihatsu Charade
Daihatsu tricycles
Daihatsu Midget
New Era
Kurogane
Kurogane tricycles
Kurogane Type95
Kurogane Mighty
Kurogane Nova
Kurogane Baby
Yanmar
Ohta
Nakano Motor
Datsun Baby
Cony
Cony Giant
Cony Giant 360
Cony Guppy
Cony 360
Mitsui Seiki Kogyo
Hino Commerce
Hino Briska
Mazda moteur rotatif (7 p.)
Mazda HR-X
Mazda MX-04
Mazda RX-7 SP / SP II
Mazda RX-7 en compétition
Mazda RX-7 (5 pages)
Mazda Coupe Vision
Mazda MX-03
Mazda RX-Evolv
Bertone MX-81 Aria
Kojima
MIM Design
Eva Cars
Mana
Maki Engineering
Suzusho
Garage Suzuki
Boomerang
Hope Star (4 pages)

En travaux :

Mazda MX-5
Histoire de Toyota
Histoire de Nissan
Histoire de Mazda

Années 80

La RX-7 est vite surnommée “rotary rocket” pour le nombre impressionnant de compétition qu’elle remporte, parfois contre des adversaires plus puissants. Durant les années 80, elle est imbattable, remportant 9 Championnats IMSA, une dizaine en SCCA mais aussi 4 Championnats australiens.

En ce début 1980, à part la RX-7, il reste deux autres modèles à moteur rotatif, la 121 Cosmo et la 929 Luce, toutes deux utilisant le moteur 12A de la RX-7. La Mazda Luce Rotary Turbo Coupé (RE) est équipée du moteur 12A Turbo. En 1984, les Cosmo et 929 sont aussi livrables avec une version du moteur 13B à injection d'essence électronique de 160 ch [JIS] à 6000 t/min. Dès 1986, il n'y a plus le choix qu'entre le 13B et le 12A Turbo.

Mazda 121 Cosmo 1981-1990 et 929 Luce 1981-1986

Mazda Luce Rotary Turbo Coupé (RE) 1983-1984

 

Mazda est continuellement en quête d’amélioration pour son moteur rotatif. Plusieurs prototypes sont présentés dont les MX-03 (1985) et MX-04 (1987). Chaque Concept a sa particularité propre mais on peut y dénoter l’évolution fulgurante du Wankel.

Moteur à 3 rotors, double turbo séquentiels, revêtement en céramique sur les pistons et culasses en aluminium ou encore hybride électrique sont autant de nouveautés technologiques dont vont profiter les futures véhicules de série.

Mazda MX-03 1985

Mazda MX-04 1987

 

Pour marquer le 10e anniversaire de la RX-7, Isao Tohda, le futur concepteur de la RX-8, fait construire un moteur trirotor sur la base du 13B. Il le monte dans une RX-7 FC. Ça se passe au MANA en Californie en 1988 et ce moteur est nommé 20B.

Mazda RX-7 FC trirotor "Isao Tohda" 1988

Moteur type 20B (1988)

Trirotor, cylindrée 3x654 cm3
puissance 280 ch à 6500 t/min
couple 402 à 3000 Nm
moteur expérimental basé sur le 13B
base du moteur 20B-REW

 

Depuis 1982, Mazdaspeed, la branche sportive de Mazda, aligne des prototypes aux 24 Heures du Mans. Les 717C, 727C et 737C utilisent un châssis fabriqué par Mooncraft et le moteur est le 13B rotatif. Les performances ne sont pas mauvaises, mais les meilleurs résultats obtenus en 4 ans sont une victoire de classe en 1983 et une 3e place au général en 1985.

Dès 1986, un nouveau châssis maison et un moteur 13G trirotor permettent à Mazdaspeed de participer en classe GTP. Les 757 finissent 3e du All Japan Sports Prototype Championship de 1986 mais au Mans, elles n’impressionnent guère. Puis, en 1988, ce sont les 767/767B munies du moteur 13J quadrirotor de 500/600 ch. C’est encore en dehors de France qu’elles brillent le plus avec une belle 5e place aux 24 H de Daytona.

Mazda 717C (1983) et 767 (1988)
24 Heures du Mans

Moteur type 13J-M (1988-1990)

Quadrirotor, cylindrée 4x654 cm3
puissance 500 ch à 8500 t/min
Basé sur le 13B, utilisé au 24H du Mans 1988 sur la Mazda 767

 

Au salon de Tokyo de 1989, Mazda présente ce moteur hybride expérimental RE13X.

C'est un moteur à deux pistons rotatifs avec rotors et chambres trochoïdes en alliage d'aluminium. Les joints apex sont en céramique, procédé venant directement des voitures du Mans. Il a un double système d'injection, un directe dans les chambres de combustion et un autre dans l'admission.

Mais sa plus grande particularité est d'être couplé à une partie électrique en bout d'arbre. En cas de demande d'accélération à bas régime, le moteur électrique alimenté par batterie fourni un surplus de couple produisant une réponse de gaz plus rapide et une puissance plus élevée. Lors du freinage, le moteur se transforme en générateur de courant et il alimente les batteries.

Tout cet ensemble est géré par l'Active Torque Control System (ATCS). Le principe est identique à ce que Honda a développé pour la Insight, mais Mazda l'a fait avec un Wankel.

Il est aussi prévu que l'automobile puisse se déplacer en utilisant uniquement l'énergie électrique, pour autant qu'elle puisse embarquer la quantité de batteries nécessaires.

On ne verra pas ce moteur dans une Mazda mais son principe inspirera la marque encore 20 ans plus tard. La concurrence mettra au point de tel moteurs hybrides essence-électrique une dizaine d'années plus tard.

En 1991, la Mazda HR-X Concept utilise le système ATCS avec moteur Wankel hybride fonctionnant à l'hydrogène.

Moteur type RE13X (1989)

Birotor, cylindrée 2x491 cm3
puissance 220 ch
couple 196 Nm
moteur hybride électrique

Système ATCS - Mazda RE13X 1989

Felix Wankel - Kenichi Yamamoto - Années 60 - 70 - 80 - 90 - 2000

Page d'accueil - Contact