Accueil > Marques et modèles > Toyota > Toyopet Racer

TOYOTA

Toyopet Racer

 

Histoire de l'automobile au Japon

Marques et modèles

 

 

Dernières mise à jour :

Toyopet Racer
Nissan GTP
Nissan Jikoo
Nissan Z
Tokyo R&D
Vemac
Kuruma
ASL RS01
ASL Garaiya
Green Lord Motors
GLM Tommykaira ZZ
Asahi Kasei-GLM AKXY
GLM-G4
Kikuo Kaira
Tommykaira
Tommykaira ZZ (4 pages)
Nova Engineering (8 pages)
Racing Quarterly
Daihatsu X-021
Dome Formula E
Dome Cheetah
Dome (8 pages)
Nissan A680X
Nihonbashi
Harriet White Fisher
Aloha Wanderwell
Kawasaki
Kawasaki Rokkogo
Yamashima
Kyosan
Datsun 10-17
Daihatsu Charade
Daihatsu tricycles
Daihatsu Midget
New Era
Kurogane
Yanmar
Ohta
Nakano Motor
Datsun Baby
Cony
Mitsui Seiki Kogyo
Hino Commerce
Hino Briska
Mazda moteur rotatif (7 p.)
Bertone MX-81 Aria
Kojima
MIM Design
Eva Cars
Mana
Maki Engineering
Suzusho
Garage Suzuki
Boomerang
Hope Star (4 pages)

En travaux :

Mazda MX-5
Histoire de Toyota
Histoire de Nissan
Histoire de Mazda

 

La compétition automobile au Japon débute timidement dans les années 30. Après la seconde guerre mondiale, le SCAP instaure une nouvelle constitution qui place la National Diet à la tête du gouvernement. Celle-ci ratifie les lois, et toute autorisation de construire des véhicules passe par une approbation de la Diète. En mars 1950 est soumise une loi sur les petites voitures de course. Le but est d’encourager des compétitions locales afin de promouvoir le développement des automobiles autochtones dans le but d’exportations futures. Cette démarche devra également aider les autorités locales en organisant des jeux de paris sur les courses, comme cela se fait couramment avec les compétitions de vélos. La loi est approuvée en mai et la première compétition a lieu en octobre à Funabashi.

Chez Toyota, le président Kiichiro Toyoda ne croit pas que le système de paris puisse fonctionner sur les courses automobiles, mais il est partisan de la stratégie favorisant le développement de la technologie automobile par le biais de la compétition. Si des courses de voitures sont organisées pour les constructeurs indigènes, Toyota se doit d’y participer. Il donne son accord pour la réalisation d’une voiture de compétition. C’est la division Toyoda Motor Sales, nouvellement crée, qui gère le projet. Il est prévu qu’elle participe à une course disputée sur le circuit de Funabashi en mai 1951.

A cette époque, la voiture de tourisme produite par Toyota est le modèle SD, principalement utilisée comme taxi. C’est naturellement la base qui va servir au développement d’une auto de course. Il est prévu que six exemplaires soit construits. Dans un premier temps deux châssis sont envoyés dans des ateliers différents qui sont libres de les carrosser à leur guise. La No 1 est fabriquée par Osaka Toyota alors que No 2 est réalisée chez Aichi Toyota. Toute les deux sont façonnées en métal sous la forme de monoplaces. Elles ressemblent à des voitures pour enfant. Si le style est maladroit, on y décèle toutefois l’intention d’y donner un aspect quelque peu futuriste.

Le moteur employé est le Type S, 4 cylindres en ligne de 995 cm3 à refroidissement liquide et soupapes latérales. Il développe 27 ch. Il est placé en position centrale sur le châssis en échelle de la SD, dérivé de celui du camion SB.

En 1950 Toyota traverse une époque difficile. Licenciements, grèves et restructuration imposées par les banques oblige Kiichiro à démissionner. Dès lors le développement stagne, les voitures restent au garage. Lorsque Kiichiro décède en mars 1952, le projet est définitivement abandonné.

On ne revoit plus les autos qui ont probablement été détruites. L’existence même de ces voitures tombe dans l’oubli. En 1957, la première participation officielle d’une Toyota dans une compétition se déroule au Round Australia Rally.

La Toyopet Racer est oubliée pendant 70 ans jusqu’en 2018 avec la parution du livre "Early History of Toyota Motorsports – About Toyopet Racer Centered on the Round Australia Rally". Hideo Matsumoto, ancien employé de TMC et historien automobile, ressuscite un article du magazine All Toyota publié en novembre 1950 où on y voit les deux automobiles.

Naoaki Nunogaki, directeur du Toyota Automobile Museum depuis 2014 a fait ses recherches et, en octobre 2018, il propose à l’actuel président de Toyota, Akio Toyoda, le petit fils de Kiichiro, de faire revivre la Toyopet Racer. A la fin de l'année 2020, le projet de construire une réplique démarre. A partir de photographies et de plans de la Toyopet SD, un groupe de vétérans et d'employés volontaires refabriquent les divers éléments de l’auto. Le musée Toyota possède une Toyopet SA avec le moteur Type S ainsi qu’un camion SB. Ils servent de modèles.

Le châssis avec les suspensions est fabriqué de zéro. Un moteur et sa boîte de vitesses sont retrouvés chez un partenaire de Toyota. Proprement démontés, ils fournissent les éléments à la reconstruction d’un bloc complet. Le moteur tourne en juillet 2021.

La carrosserie est recrée en tôle puis la voiture est exposée au Fuji Motorsports Museum en 2022.

 

Toyopet Racers 1951

Châssis SD avec moteur central

Magazine All Toyota 1950

Toyopet Racer No 2, Aichi Toyota 1951

Livre d'Hideo Matsumoto 2018

Réplique Toyopet Racer 2022

Toyopet Racer 1951

Réplique Toyopet Racer 2022

 

Références:

toyotatimes.jp Reviving a Legendary Racing Car!
mag.toyota.co.uk Toyopet Racer: Toyota’s forgotten racing car
thailand.postsen.com Relive the Toyopet Racer, Toyota’s first racing car

 

Page d'accueil - Contact