Accueil > Histoire de l'automobile au Japon > 1898-1909 A l'aube du XXe siècle

Histoire de l'automobile au Japon

1898-1909 A l'aube du XXe siècle

page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - ...

Histoire de l'automobile au Japon

Préhistoire
  1603-1868 A l'ère Edo
  1868-1897 Restauration Meji
  1898-1909 A l'aube du XXe siècle

Premières automobiles
  1902-1922 Les débuts, avant 1923
  1923-1929 Années 20
  1930-1939 Années 30
  1930-1939 Protectionnisme

La Guerre
  1937-1945 8 ans de guerre
  1945-1949 L'après-guerre
  1945-1949 Redémarrage
  1949 M.I.T.I.

Croissance
  1950-1959 Années 50
  1960-1969 Années 60
  1970-1979 Années 70
  1980-1989 Années 80
  1990-1999 Années 90

Le miracle économique japonais
  Le boom Izanagi
  Chocs pétroliers / Accords Plaza
  Eclatement de la bulle

Keiretsu
  Structure pyramidale
  Cas de l'industrie auto
  Déléguer pour se protéger
  Changement de paradigme

Implantation à l'étranger
  La conquête de l'Amérique 1
  La conquête de l'Amérique 2
  Le vieux continent / l'Asie

Années 2000
  Contexte économique
  Contexte social
  Production

Années 2010
  Catastrophes en série
  Dette et démographie
  Production

Annexes
  Palanquin
  Pousse-pousse
  Voitures à chevaux
  Lignes ferroviaires
  Tramways
  Panhard & Levassor
  Locomobile
  General Motors
  Ford
  Salon de Tokyo 1954
  Tremblement de terre de 1891
  Tremblement de terre de 1923
  Tremblement de terre de 1995
  Tremblement de terre de 2011

Références

 
 

La première automobile à rouler au Japon est une Panhard & Levassor importée en 1898 par un Français à Tokyo. Deux ans plus tard, c'est une Locomobile à vapeur qui arrive à Yokohama avec un Américain, J.W. Thompson. En 1906 à New York, alors qu'il s'apprète à importer une deuxième Locomobile au Japon, ce dernier relate que les routes sont excellentes pour l'automobile et que le problème majeur consiste à enseigner aux autochtones la mécanique automobile afin d'en faire des chauffeurs et des mécaniciens capables de la réparer.

Ces démonstrations d'engins motorisés enthousiasment les foules. Le peuple, et le gouvernement, réalisent combien leur pays a accumulé du retard technologique par rapport à l’Occident. C’est aussi ce genre d’événement qui va catalyser le désir de produire localement des machines semblables en copiant ce qui se fait ailleurs. Des pionniers, souvent artisans locaux, ou inventeurs astucieux, vont se dévouer à la réalisation de machines roulantes.

La première compétition motorisée du Japon se déroule le 3 novembre 1901 dans le parc de Ueno à Tokyo. Les trois véhicules ont 2, 3 et 4 roues. La course est remportée par le quadricycle Gladiator de fabrication française, devant les deux autres engins Thomas de fabrication américaine √† moteur 4 temps De Dion-Bouton 200 cm3. La suprématie des quatre roues a permis une vitesse mesurée de 36 km/h.

Narazo Shimazu est le pionier de la motocyclette au Japon. Il construit son premier engin en 1908. Un moteur 2 temps de 400 cm3 est d'abord utilisé dans un cadre de Triumph, puis c'est un 4 temps qui est développé et mont√© dans un châssis maison. Une vingtaines d'exemplaires du modèle NS sont fabriqués.

En 1909 Mme Harriet Clark Fisher réalise le premier tour du monde en automobile. Partie des Etats-Unis, durant 13 mois, elle traverse l'Europe, le sub-continent indien et le Japon. Son récit, accompagné de photographies, décrit les conditions parfois difficiles de son périple. Tout comme Thompson, elle trouve les routes japonaises tout à fait convenables, seuls les franchissements de rivières et de ravins posent problèmes. Il faut improviser des transbordements et des ponts de fortune. Il est à remarquer que sa Locomobile a parcouru 16 000 km de terre ferme sans aucun incident mécanique.

En ce début de XXe siècle, rien ne favorise le développement de véhicules automobiles dans l'archipel, les routes sont pratiquement inexistantes et les moyens de transport sont pauvres.

De plus, le conflit politique en Mandchourie pour le contrôle de la Corée omnubile le gouvernement japonais. La guerre contre la Chine (1894-1895) puis celle contre la Russie (1904-1905) conduit le Japon à mettre la priorité sur l'armement. Le budget militaire monopolise l'industrie nippone. L'empire japonais se dote de la plus grande flotte navale de l'Asie du Pacifique pour combattre les Russes.

La victoire de 1905 contre la Russie marque la première fois qu'une puissance asiatique remporte une guerre contre un pays colonialiste occidental. Forte de ce nouvel aplomb, l'attitude du Japon va changer pour devenir une puissance capitaliste et colonialiste en Asie. Le Japon nécessite une force armée adéquate et va désormais encourager le développement de l'industrie.

Parallèlement à son affirmation en tant que grande puissance, le Japon intensifie ses contacts avec l'Occident.

L'industrie textile est en pleine essort, et la construction de machines à tisser se développe rapidement. Si les Anglais sont leaders dans le domaine, le Japon et l'Inde se positionnent en concurrents sérieux. C'est cette première approche de la mécanique de précision qui va engendrer des constructeurs automobile comme Toyota.

 

Panhard & Levassor 1898 et Locomobile 1900

Première compétition motorisée du Japon, 1901

Scènes de rue, début du XXe siècle

Première motocyclette de fabrication
japonaise, par Narazo Shimazu.
Ici le modèle NS de 1909

Locomobile de Mme Harriet Clark Fisher
au Japon en 1910

Route de campagne au début du XXe siècle

Dès 1909, les métiers à tisser automatiques Suzuki sont réputés robustes et sont exportés dans le monde entier

page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - ...

Page d'accueil - Contact